Présidentielle 2007 :
RESF demande un débat public sur les étrangers migrants



Dans la France d’aujourd’hui, des hommes et des femmes ne se déplacent qu’avec la peur au ventre, hésitent à ouvrir leur porte au petit matin, se demandent même s’ils doivent envoyer leurs enfants à l’école, parce qu’il arrive que la police vienne y chercher des enfants ! C’est insupportable.

De nombreuses manifestations de solidarité ont eu lieu à travers la France à l’égard des enfants, jeunes, familles, et de tous ceux qui vivent avec nous dans nos écoles et nos quartiers, mais qui se trouvent privés du droit au séjour et menacés d’expulsion (24 000 en 2006).

A travers elles, le Réseau Education sans frontières a pu mesurer les dégâts d’une politique inhumaine, indifférente au respect des droits de la personne et fondée sur la méfiance, voire l’hostilité vis-à-vis des étrangers.


> En conséquence, le Réseau Education Sans Frontières (RESF) qui rassemble près de 100 associations, dont La Ligue de l'enseignement, interpelle les candidats à la présidentielle

RESF réclame un grand débat public sur les étrangers migrants en souhaitant que les prochaines échéances électorales soient l'occasion d'un grand débat public sur la politique que mène de notre pays à l'égard des étrangers migrants.

Le Réseau sera très attentif aux déclarations et engagements des différents candidats et, plus encore, à leurs décisions et à leurs actes.

> Parmi ses revendications, le Réseau Education Sans Frontières demande :

  • que le droit d'asile devienne un droit fondamental,
  • un titre de séjour durable pour les jeunes arrivés adolescents en France et scolarisés,
  • un droit à la santé pour tous, avec ou sans-papiers,
  • la suppression de toutes les restrictions au regroupement familial.


RESF insiste pour que l'intérêt supérieur de l'enfant soit réellement la préoccupation essentielle dans toutes les décisions administratives et judiciaires le concernant.

> En savoir plus :