L’Enfant d’aujourd’hui est peut-être le champion de demain. Si tel est le cas, tant mieux !

Mais s’il est déjà le sportif d’aujourd’hui et s’il le demeure demain, alors c’est une victoire pour l’individu autant que pour le sport, quelle que soit l’activité concernée.

Mais pour ce faire, il est nécessaire de poser les conditions du succès ainsi décrit. Osons en avancer quelques-unes.

La première de ces conditions nous semble être le nécessaire renforcement de l’Education Physique et Sportive à l’école. Certes, tout ne commence pas à l’Ecole. Mais, dans le principe d’Egalité qui est censé régner en ce lieu, nous avons là les premières clés pour une activité physique et sportive à laquelle chaque Enfant doit avoir légitimement droit. Moments de découvertes diverses, ces temps d’enseignement amènent à élargir la palette des possibles, découverte de soi, de l’autre, découverte et respect de la règle, autant d’éléments structurants porteurs d’avenir.

En second lieu, parler d’un sport associatif dès le temps de l’enfance ne nous semble pas saugrenu, d’autant plus que la diversité des rôles sportifs que les Enfants découvriront et vivront (pratiquant sportif, arbitre, et pourquoi pas supporter !) va dans le sens du partage, notion non négligeable pour un futur que l’on veut qualifier de citoyen. Un des objectifs est bien de permettre à l’Enfant de devenir un acteur sportif.

Nous avancerons l’idée que l’Education est un des vecteurs majeurs afin d’atteindre l’objectif que l’on se fixe, ce sportif tout au long de la vie. Pour ce faire, il nous faut nous entendre sur ce terme d’Education. S’entendre passe avant tout par se parler et agir ensemble. Chaque fédération sportive, quel que soit son statut, est concernée par ce terme d’Education. Bien entendu, de multiples apprentissages sont nécessaires, ceux-ci concernant tant les savoir-faire à acquérir que les savoir-être. Qui dit Education dit Educateur, et pas seulement Animateur, sans dévaloriser en rien ce mot.

Au fil du temps et des expériences, c’est aussi la notion de choix qui progresse. Ceci n’enlève rien aux progrès qui peuvent être effectués dans une discipline sportive en particulier. Mais un acteur sportif responsable est bien celui à qui on a su fournir tous les « outils » l’amenant à des choix réfléchis, donc responsables. L’espace que l’on nomme dans le sport scolaire « rencontre sportive » est bien ce lieu qui, au fil des moments organisés, permet ces choix. Ces moments peuvent être découverte, compétition, mais dans tous les cas ils relèvent de l’action, chacune et chacun devant pouvoir trouver sa place, ce qui est fondamental.

La richesse du lien entre les fédérations et le sport scolaire ne peut ni ne doit être nié. S’occuper de tous les Enfants n’exclut en rien le fait de s’occuper aussi des meilleurs. Le partage des compétences passera d’abord par la reconnaissance mutuelle des uns et des autres. L’ignorance amènerait, a contrario, à dilapider un capital potentiel dont le sport peut être porteur, non seulement en termes de valeurs, mais aussi dans un capital santé à faire fructifier, d’abord et avant tout.

Reste peut-être l’essentiel, ce par quoi tient l’édifice humain au fil des années, et ce quel que soit l’âge, ce sur quoi toute une vie devrait tenir, malgré les aléas : le plaisir. Si l’action entreprise auprès des Enfants prend en compte comme élément premier le plaisir, faisons ce pari assurément gagnant à la fois d’humains épanouis dans une société harmonieuse.

Rêve, utopie ? Les deux bien entendu ! Mais Eduquer, n’est-ce pas projeter ? N’est-ce pas avoir des visées sur la société ? Et qui, aujourd’hui, pourrait raisonnablement ne pas s’appuyer sur un idéal à atteindre, ne serait-ce que pour faire reculer les visions les plus pessimistes, eu égard aux données du temps présent ?

Le sport n’est pas porteur de toutes les vertus. Mais ce que nous lui reconnaissons de positif doit être mis en avant. C’est le meilleur moyen, pour nos Enfants, de grandir avec espoir.

« On ne donne aux gens que l’espoir que l’on a. » ALAIN

  • Jean-Michel SAUTREAU
  • Président national de l’USEP
  • Mars 2009


En savoir plus :