CNIS : Connaissance des associations

A la suite de la deuxième Conférence de la vie associative (décembre 2009), un groupe de travail du Cnis, "Connaissance des associations", a été constitué, pour faire le point sur l'état actuel du dispositif de suivi statistique du secteur associatif et proposer des voies d’amélioration.

Plus d'une décennie après le rapport de la Mission du Cnis « Associations régies par la loi de 1901 », paru en 1998, qui soulignait les lacunes considérables de l'information statistique dans ce domaine, le groupe a pu constater les notables avancées réalisées depuis par le système statistique public, mais aussi à l’extérieur de celui-ci.

Il a aussi pu mesurer l'ampleur de ce qui reste à faire pour rendre compte à la fois de l’activité économique de ces organisations et de leur contribution à plusieurs dimensions du bien-être de la société.

Le rapport formule plusieurs recommandations...

Elles correspondent au dispositif d'observation statistique indispensable pour produire l'information qu'attendent les associations, les pouvoirs publics et plus généralement la société civile. Il convient ainsi, principalement de :

  • Mettre en place une enquête nationale périodique sur les associations.
  • Poursuivre et compléter l'élaboration du Répertoire National des Associations (RNA) et améliorer la qualité du Répertoire Sirène dans le champ des associations, en l’appariant notamment avec le RNA.
  • Améliorer et rendre cohérentes les données sur l’emploi associatif
  • Créer un dispositif pérenne d’observation du bénévolat
  • Compléter la connaissance des ressources des associations
  • Réaliser un compte satellite complet des institutions sans but lucratif comparable internationalement
  • Disposer d'outils adaptés à l'évaluation d'indicateurs sectoriels de l’«utilité sociale» des associations

Ces principales propositions, détaillées dans le rapport, sont avancées avec la conscience des contraintes de ressources pesant sur le système statistique public ; réalistes, elles s'accompagnent d'indications quant à leur degré de priorité.

Au-delà, le rapport souligne la nécessité de créer, de préférence au sein du système statistique public, une unité dédiée au suivi statistique des associations, condition sans laquelle la plupart de ces mesures spécifiques risquent de pas être réalisées jusqu'au bout.

En savoir plus :