"Des classes mais sans enseignants..."

Le président de la République a annoncé la fin des suppressions de classes dans le primaire à la rentrée 2012 tout en maintenant celles de la rentrée 2011, soit 1 500 classes primaires. En revanche, la politique de suppression des fonctionnaires a été réaffirmée.

Cette annonce à court terme et à visée électoraliste ne peut pas nous satisfaire.

Association complémentaire de l’Ecole publique, La Ligue de l'enseignement a régulièrement dénoncé les effets néfastes d’une politique dogmatique de non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

En agissant de la sorte, le gouvernement met un peu plus en péril l’éducation commune de base à l’Ecole.

Ne pas fermer de classes tout en maintenant cette politique revient mécaniquement à augmenter les effectifs en classe et à détériorer un système où les élèves sont les éternels perdants.

Source :