La Ligue de l'enseignement organise :

La Laïcité au coeur d'un colloque : « des combats fondateurs aux enjeux d’aujourd’hui »

La laïcité est aujourd’hui au cœur de l’actualité médiatique. Elle est devenue un enjeu politique et sociétal. Les combats d’hier étaient organisés autour de la fameuse « question scolaire », contre le financement public des établissements privés confessionnels. La laïcité était le principe unificateur de la gauche. Aujourd’hui la laïcité est sollicitée pour résoudre la « question multiculturelle ». Et tous les partis politiques entendent affirmer leur caractère laïque. Du point de vue chronologique les deux cycles laïques se chevauchent. La question scolaire a mobilisé les énergies du mouvement laïque de la Libération à 1994, date de la grande manifestation contre le projet de modification de la loi Falloux. La question multiculturelle est médiatiquement lancée en 1989 avec les collégiennes portant un foulard à Creil.

Dans cette configuration, quel est le rôle d’un mouvement d’éducation populaire ? Enraciné sur tous les territoires, présent sur les moments importants de la vie quotidienne, son rôle peut être crucial s’il se donne les moyens de mettre en perspective théorique ses actions. Quatre thèmes émergent. Le défi des religions est réel. La construction d’un cadre républicain passe par son intégration et l’affirmation de la liberté de conscience de tous, croyants, agnostiques, athées… sans discrimination ni privilège. La question de l’éducation reste plus que jamais fondamentale. Comment mettre en harmonie tous les éducateurs : parents, enseignants, associations ? Emerge également avec force l’exigence de l’égalité femmes-hommes. Trop longtemps absente, elle est désormais au cœur de la réflexion et de l’action laïque. Enfin et peut-être surtout quelle conception du peuple portons-nous ? Comment être inclusif en respectant les personnalités ? Comment garantir la liberté d’être soi-même dans un cadre commun ? Comment construire la double liberté de se retrouver dans un groupe ou de s’en émanciper ? Comment faire société ?

Avant-programme :

Seize contributions autour de ces quatre thèmes proposent ainsi des pistes, des ouvertures pour passer des combats d’hier aux enjeux d’aujourd’hui.

Samedi 24 octobre

Matinée :



  • Ouverture et animation Pierre Tournemire, vice président de la Ligue de l'enseignement, président du Comité National Laïcité
  • Interventions officielles
  • L’action laïque de la Ligue de l’enseignement : panorama historique. Jean-Paul Martin, historien de la Ligue de l’enseignement, ancien maître de conférences.
  • Débat sur le thème du colloque : Edwy Plenel (confirmé) et Catherine Kintzler (à confirmer)


Après-midi

14h-16h Table-ronde : La laïcité face aux défis des religions

  • Animation Joël Roman, philosophe, essayiste
  • Historiquement, la laïcité s’est construite en France face au cléricalisme catholique, et a dû batailler dur pour imposer la liberté de conscience individuelle. Aussi a-t-elle souvent pris un tour antireligieux, avant de permettre un cadre commun républicain admis par toutes les religions présentes sur le territoire, qui y trouvent la possibilité de voire reconnue la liberté de culte comme liberté fondamentale. Cette histoire a laissé des traces, comme le montre la résurgence périodique de crispations antireligieuses éradicatrices, qui se focalisent depuis une vingtaine d’années sur l’Islam. Comment rendre la référence laïque à sa vocation première qui est avant tout de permettre l’expression pacifique des convictions dans un cadre commun ?
  • Martine Cohen, Chargée de Recherche au CNRS, Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL, Paris)
  • Valentine Zuber Directeur d'études à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes titulaire de la chaire de « Religions et relations internationales ».
  • Philippe Portier Directeur d'études à l'EPHE, Section des sciences religieuses. Directeur du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL)

16h30 18h30 Table-ronde : Education et laïcité

  • Animation Eric Favey
  • Dans l’histoire de la République, la laïcité a été un des enjeux majeurs de la construction d’un enseignement public pour tous. Encore aujourd’hui, c’est autour de l’école, et plus largement de la question de l’éducation des enfants que se focalisent la plupart des questions relatives à la pratique concrète de la laïcité. C’est que dans le dom aine de l’éducation interfèrent les responsabilités éducatives des familles et des institutions, en premier lieu de l’institution publique, ainsi que la nécessité d’une nécessaire neutralité des éducateurs sans que celle-ci ne se dissolve dans une abstention frileuse. A l’heure où nous souhaitons tous qu’émerge un espace éducatif concerté, comment redéfinir les contributions des uns et des autres (parents, professeurs, services municipaux, associations) dans cette tâche commune ?
  • Françoise Lorcerie, Directrice de recherche émérite CNRS Ethnicité, Intégration/Discrimination, politique d’éducation
  • Jean-Paul Delahaye, inspecteur général, ex Directeur général de l'enseignement scolaire DGESCO
  • Marc Sawicki, ville de Brest
  • Laurence De Cock Aggiornamento Histoire géo professeure agrégée d'histoire-geographie, prépare un doctorat en sciences de l'éducation sur l'enseignement du fait colonial ? (Lyon2, ECP).


Dimanche 25 octobre

9h-11h Table ronde : Féminisme, Genre et laïcité

  • animation Nicolas Sadoul, secrétaire national de la Ligue de l'enseignement
  • Longtemps, la question de l’émancipation des femmes est restée l’un des points aveugles du combat laïque, les femmes étant réputées être davantage que les hommes soumises à l’emprise cléricale. Pourtant, de nombreux discours contemporains associent étroitement les deux questions, comme si seules les religions pouvaient véhiculer une représentation inégalitaire du genre et des rôles sociaux de sexe, y compris dans la famille. Au-delà, il conviendra de s’interroger sur la possibilité qu’une identité religieuse revendiquée puisse aussi être un vecteur d’émancipation individuelle pour certaines femmes dans certaines circonstances
  • Nicole Mosconi professeure émérite en sciences de l’éducation.
  • Sylvain Crépon maître de conférences en Science politique à l'université François-Rabelais (Tours) A écrit sur les signes religieux lorsqu’il était à l’Université libre de Bruxelles
  • Florence Rochefort Présidente de l'Institut Emilie-du-Châtelet
  • Malika Hamidi Docteur en sociologie Directrice générale de EUROPEAN Muslim network


11h-13h Table-ronde : La laïcité et la cause du peuple

  • animation Nadia Bellaoui, secrétaire générale adjointe de la Ligue de l'enseignement
  • L’éducation populaire a eu pour ambition de prolonger et d’étendre l’action de l’école en donnant une dimension civique à l’ensemble des activités culturelles et sportives de loisir. Mais cette perspective émancipatrice a pu parfois revêtir une allure passablement paternaliste envers ceux qu’on disait appartenir au « peuple ». Aujourd’hui, alors que des mouvements ouvertement populistes tiennent des discours prétendument laïques, comment désamorcer l'opposition caricaturale et souvent xénophobe entre le « peuple » des "petits blancs" de la France pavillonnaire et celui, issu de l'immigration, des banlieues ? Comment redonner toute sa portée émancipatrice à la notion d’éducation populaire ?
  • Zouina Meddour ex directrice du centre social les Tilleuls Blanc-Mesnil
  • Jean-Louis Bianco, président de l'Observatoire de la laïcité
  • Cynthia Fleury, philosophe (à confirmer)
  • Robien Renucci (à confirmer)

Clôture :

  • Jean-Michel Ducomte, président de la Ligue de l'enseignement