La Fondation de France propose :

Appel à projets 2018 : Aidons tous les collégiens à réussir !

CONTEXTE

En référence à sa volonté de répondre aux problèmes d’aujourd’hui en apportant des solutions pour l’avenir, la Fondation de France s’est engagée dès 2010, en partenariat avec le Ministère de l’Education nationale, à soutenir les équipes éducatives qui ont pour ambition de contribuer à la nécessaire évolution de l’école.

En 8 ans, la Fondation de France a consacré un budget de 5 millions d’euros au développement de plus de 450 projets portés en grande majorité par des établissements scolaires de l’enseignement général, et dans une moindre mesure de l’enseignement agricole, ou par des associations partenaires de l’école. Elle a ainsi facilité le parcours scolaire de plus de 12 000 collégiens.

Cependant, malgré les efforts engagés par l’éducation nationale et ses partenaires, un des problèmes les plus préoccupants qui persiste aujourd’hui, reste l’incapacité du système scolaire à corriger la forte corrélation entre l’origine socio-économique des élèves et leurs performances scolaires. Les résultats de l’enquête PISA 2015 montrent qu’en France, les élèves des milieux les plus défavorisés ont quatre fois moins de chances de réussir que les autres, c’est la proportion la plus élevée de l’OCDE. Dans un contexte social où le taux de pauvreté a augmenté ces dix dernières années pour atteindre 14% (Observatoire des inégalités, oct. 2017) il est urgent d’inverser cette tendance en renforçant les capacités intégratives et émancipatrices de l’école, afin qu’elle ne soit plus un facteur d’aggravation de la fracture sociale.

C’est pour contribuer à relever ce défi que la Fondation de France structure son appel à projets 2018 Aidons tous les collégiens à réussir ! autour de trois enjeux prioritaires :

Faire du collège un lieu d’apprentissage et d’exercice de la citoyenneté

  • Au collège, les élèves n’ont pas seulement accès à des apprentissages académiques : ils apprennent aussi à vivre ensemble, et avec tous les professionnels de la communauté éducative. Il est alors important qu’ils puissent s’initier aux valeurs républicaines et s’exercer à les mettre en actes, dans des contextes qui reflètent la mixité culturelle de notre société.

Donner à l’élève un rôle actif dans des apprentissages qui font sens

  • Les pédagogies doivent se renouveler pour relever différents défis liés aux enjeux contemporains qu’ils soient sociétaux, environnementaux, scientifiques, technologiques, ou culturels.

Prendre en compte les singularités de chacun dans des approches individualisées

  • Les élèves n’apprennent pas tous de la même manière. Ils n’arrivent pas au collège avec les mêmes acquis, ni les mêmes potentiels. Comment, dans le cadre du collège unique, aménager des parcours personnalisés qui prennent en compte les spécificités de chacun ?


OBJECTIFS

Au regard de ces enjeux, la Fondation de France apportera son soutien aux équipes éducatives qui développent des projets expérimentaux dans le cadre de l’un des trois champs d’intervention visés ci-après :

1 - Des projets d’établissement ou de classes, dans lesquels les jeunes apprennent à devenir des citoyens

  • En favorisant la mixité sociale et culturelle, ces projets doivent ouvrir les établissements sur leur territoire et au-delà, faire travailler collectivement tant les enseignants et les autres personnels que les élèves.
  • Ils doivent aussi donner du sens aux savoirs académiques en les rattachant à des problématiques concrètes. Ce faisant ils créent un cadre privilégié où les jeunes apprennent à devenir des citoyens actifs.

2 - L’innovation pédagogique

  • Les démarches pédagogiques doivent pouvoir prendre en compte l’hétérogénéité des classes et favoriser l’implication active de tous les élèves.
  • Elles peuvent s’inspirer de courants pédagogiques éprouvés ou d’approches nouvelles explorées par des équipes, et être enrichies par des projets interdisciplinaires promus dans les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI).

3 - Le soutien aux jeunes en risque de décrochage, ou sortis du système scolaire

  • Au sein du collège, ces projets accompagnent de façon personnalisée et selon leurs besoins les élèves de la 6ème à la 3ème, en s’attachant à repérer les élèves les plus fragiles dès le CM2.
  • Par ailleurs, des projets doivent être conçus pour des jeunes ayant quitté le collège pendant plusieurs mois, afin de les remobiliser sur un projet d’apprentissage ou sur la reprise de leurs études.


ETES-VOUS ÉLIGIBLE ?

Qui peut répondre ?

  • les collèges (publics et privés sous et hors contrat) notamment les établissements situés en zones urbaines sensibles et en milieu rural.
  • les réseaux d’établissements scolaires mobilisés sur le cycle 3 ;
  • les établissements d’enseignement agricole publics et privés intégrant des classes de 4e et 3e ;
  • les associations impliquées dans des partenariats avec les établissements scolaires ;
  • les laboratoires publics de recherche.


QUELS CRITÈRES DE SÉLECTION ?

Les projets seront analysés en référence aux critères suivants :

  • la prise en compte du contexte local, à partir d’un diagnostic précis (territoire, habitants, ressources partenariales…) ;
  • la volonté de construire des réponses adaptées aux besoins préalablement identifiés des élèves et des professionnels ;
  • l’implication de plusieurs acteurs au sein de l’établissement, qui portent collectivement le projet ;
  • la participation active des élèves dans le projet, favorisant leurs capacités à développer leur « pouvoir d’agir » ;
  • la potentialité à transformer les pratiques au sein de l’établissement ou du réseau ;
  • le caractère expérimental ;
  • l’ouverture sur le territoire et la qualité du partenariat entre les membres de la communauté éducative et les différents acteurs intervenant dans l’environnement de l’établissement : collectivités territoriales, équipements publics, associations, entreprises…;
  • la construction d’une cohérence éducative reliée aux familles, qui prend en compte leurs ressources culturelles, et leurs capacités à développer leur « pouvoir d’agir » ;
  • une démarche d’évaluation et la production de traces ;
  • le recours à plusieurs sources de financement.


Les critères d’irrecevabilité

  • le fonctionnement des activités régulières des structures ;
  • les projets strictement événementiels, non-inscrits dans le temps ;
  • les projets terminés au moment où interviendra le financement de la Fondation de France.


>>> Date limite de transmission des dossiers : 14 mars 2018


En savoir plus :